Une école, des enseignements

Enseignement Coordonné

Sous la responsabilité de Marcel Czermak

Mercredi de 14 h 00 à 17h00 à partir du 03/10
Amphithéâtre Raymond Garcin. Centre Hospitalier Sainte-Anne

En alternance


Le trait du cas


Le trait du cas : clinique de l’enfant


Étude du séminaire de Jacques Lacan : La relation d'objet


A propos de l’opération clinique et de la place de l’analyste

Pour occuper la place qui est la sienne, l’analyste s’enseigne assurément de l’expérience issue de son propre trajet psychopathologique, mais le réel qu’il a traversé dans sa cure le conduit également à côtoyer des registres inaccoutumés de la temporalité et de l’espace. Comment rendre compte des conséquences de cette expérience sur sa pratique, voire sur les modalités d’interventions inédites qu’il peut être amené à proposer ?
L’abord des psychoses oblige également l’analyste à se confronter à des registres distincts de son habitus le plus quotidien. « Si j’étais plus psychotique, je serais probablement meilleur analyste » affirme Jacques Lacan, en 1977. On peut douter que le propos n’ait que la fonction d’une boutade, si l’on considère qu’il a été tenu lors de la discussion qui suivait l’ouverture de la section clinique, c’est à dire le lieu où les analystes avaient l’opportunité de se former à la clinique psychiatrique. Que peut, en effet, apprendre l’analyste de sa fréquentation de la folie ? On fera l’hypothèse que l’analyste, dans son atopie, peut s’instruire du registre de l’entre-deux-morts voire de l’expérience mélancolique, pour occuper la place spécifique à laquelle il est sollicité dans le déroulement de la cure.
La lecture d’écrits freudiens (Remémoration, répétition et perlaboration, Construction dans l’analyse…) et lacaniens (L’Ethique de la psychanalyse…) soutiendra, dans ce contexte, notre réflexion.


Groupe de lecture de l'ouvrage Groupe des schizophrénies d'E. Bleuler (1911)


L'oeil qui écoute : exposé des travaux en cours


INSCRIPTIONS : cliquer ici

Introduction à la lecture des séminaires de Jacques Lacan

Sylvia Salama

1er et 3e mercredis à 20 h 30, à partir du 03/10 à l’ALI

Nous mettrons à l’étude le séminaire de Lacan : "Les Formations de l'Inconscient", en association avec les textes de Freud et de quelques autres... Ce groupe de travail s’adresse à toutes et à tous ceux qui s’introduisent à la lecture de Lacan et à celle du discours psychanalytique.

INSCRIPTIONS : cliquer ici

L'oeil qui écoute

Cyrille Deloro, Luc Sibony et quelques autres...

 

séminaire de recherche

un vendredi par mois, en alternance à l'Institut Paul Sivadon et à Sainte-Anne

Entre le déclin doctrinal de Magnan et l'essor des nosographies allemandes, la clinique française de l'entre-deux-guerres mesure à présent son retard. Le regard médical se décentre, la discordance héritée de Chaslin ouvre la voie pour une autre épistémologie : recherche des phénomènes élémentaires, mise en récit de l'infraclinique, promotion de signes discontinus réfractaires aux « brumes des synthèses germaniques ». Certains abandonnent (Breton, Aragon), d'autres se mobilisent (le groupe de l'Evolution), personne ne sort indemne (Céline...). Paradoxalement, paranoïaquement sans doute, la crise porte la psychiatrie au cœur de la rationnalité scientifique. Pichon discute pied à pied le causalisme d'Einstein. Minkowski fait confiance au vécu schizophrène d'éclairer notre conception du temps. Clérambault ne se contente pas de questionner, il actionne.
La psychiatrie lacanienne naît de ce moment.

INSCRIPTIONS : cliquer ici

Le Trait du Cas de l'enfant

Eva-Marie Golder

Tous les jeudis de 10 h 00 à 13 h 00 à partir du 7/09 14 rue Jean de La Fontaine 75016 Paris

Séminaire de recherche sur la question du trait du cas chez l’enfant, en lien avec l’école de Sainte-Anne. Présentation des recherches dans le cadre du séminaire du mercredi à Sainte-Anne. Séminaire réservé aux chercheurs engagés dans le travail de script et verbatim des entretiens.

INSCRIPTIONS : cliquer ici

Pour l'enfant aussi, l'inconscient c'est le social : la structure en question

Elsa Caruelle-Quilin, Ilaria Pirone et quelques autres...

 

séminaire clinique du CMPP de la Mgen

3ème lundi du mois de 14 h 30 à 16 h 30, Centre M.G.E.N., 174 rue Vaugirard, 75015 Paris

 

Pour l'enfant aussi, l'inconscient, c'est le social. L'inconscient, donc, n'est pas un donné : il y a, au sens propre, formation de l'inconscient dans le transfert. La responsabilité de celui qui entend est réelle. Si la rencontre n'est pas uniquement une lecture de ce qui est déjà-là, jusqu'où peut-elle effectivement écrire?
Au regard de la clinique adulte, la cure des enfants est parfois si marquée par son mouvement que certains analystes ont renoncé à la question de la structure chez l'enfant pour celle du processus. Reste la possibilité de prendre acte de ce mouvement sans, pour autant, reculer devant la structure...
A partir de quand peut-on dire qu'un enfant est psychotique ? Lacan situe le stade du miroir entre 6 et 18 mois. La plupart des enfants que nous rencontrons ont plus de trois ans, pourtant qui n'a jamais été surpris de voir une psychose « disparaitre » ? Est-ce à dire que la psychose n'est plus ou que la psychose n'est plus visible ? On peut être psychotique et ne pas être fou, c'est même la grande majorité des psychoses. L'effet, sur une psychose, d'une prise en charge précoce dans l'enfance, reste a examiner : y'a-t-il une potentialité infantile à réparer, à suppléer, à suturer ?
La cure des enfants sollicite l'engagement des corps, celui du patient et celui du thérapeute, dans l'espace du jeu, en face à face ou en groupe. Il y a de la jubilation, trop, de la violence parfois, et des objets, beaucoup d'objets. Dans le jardin d'enfants du CMPP, il y a aussi le sable et l'eau dont on peut se demander si ce sont des objets. Et si ça n'en sont pas, alors, qu'est ce que ça peut bien être ? Il y a des modelages et des dessins à foison, des écritures souvent, et puis encore, un miroir... Ces spécificités de la cure structurée par les enfants, comme la cure-type fut structurée par les hystériques, nous renseignent-elles sur les conditions de possibilité d'un mouvement, jusqu'à, peut-être, réinterroger notre pratique avec les patients adultes ?
C'est ce que nous tâcherons d'étudier tout au long de ce séminaire à plusieurs voix.

INSCRIPTIONS :  jtyszler@mgen.fr